Blog Cinéma

Festival de Cannes, je t’aime

22 mai 2018

author:

Festival de Cannes, je t’aime

Vous connaissez le festival de Cannes ? Ce rendez-vous annuel du cinéma, prenant place dans la ville de Cannes, sur la côte d’azur, récompensant les films à venir sur nos écrans dans les mois qui viennent. Et bien j’y étais. Plutôt cool non ? A la suite d’un programme inédit lancé par le festival cette année, j’ai pu vivre le festival pendant les trois derniers jours, et on peut dire que c’était plutôt génial.

Le programme était simple : pendant trois jours, du 16 au 19 mai 2018, à l’aide d’un très jeune badge, on pouvait accéder à l’ensemble du festival, « comme les grands » et assister aux projections de la sélection officielle, à des conférences, et même monter les marches, si on avait la chance d’être tiré au sort, ce qui m’est arrivé, et j’ai donc pu marcher sur le tapis rouge, afin d’assister à l’avant-première du film « Solo : a star wars story » mais aussi, du film de clôture, le film maudit de Terry Gilliam, à savoir « L’homme qui tua Don quichotte ». Maudit, en effet, puisque cela faisait 25 ans que le réalisateur, bataillait, pour sortir son film, mais à chaque tentative il y eut un problème juridique ou humain, c’est donc la troisième fois qui fut la bonne, puisque le film est enfin au cinéma, et le voir en la présence de son réalisateur, était tout de même une expérience particulièrement marquante.

De mon côté en plus de ces deux films, j’ai pu assister à bon nombre de projections, telles que le prochain film de Spike Lee, « Burning », un film sud-coréen, ou encore « En guerre », avec Vincent Lindon. J’ai dû en tout voir durant ces trois jours une dizaine de films, et assister à une conférence de Gary Oldman, lauréat de l’oscar du meilleur acteur cette année, pour son rôle dans « Churchill ».

Cannes étant aussi le point de rendez-vous de bons nombres de personnalités au moment du festival, j’ai pu apercevoir Franck Provost, les frères bogdanoff, ou encore Léa Seydoux et Kristen Stewart, toutes deux membres du jury, jury dirigé cette année, par l’actrice australienne Cate Blanchett. L’ère post-affaire Weinstein se faisait en effet ressentir avec un jury en majorité féminin, et une fausse invitation donnée avec le badge, nous invitant à nous tenir correctement, et rappelant que le harcèlement est puni par la loi. Les temps changent pour le cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *